Le lymphome non hodgkinien est-il un cancer rare ?

Avec une incidence de 41 pour 100 000, le cancer non hodgkinien est en France un cancer relativement fréquent chez les hommes comme chez les femmes.


On lit souvent sur les réseaux sociaux et parfois dans la presse que le lymphome non hodgkinien (LNH) est un cancer rare, voire très rare. C’est l’occasion d’une petite mise au point à partir des données des registres du cancer du réseau Francim compilées par les Hospices Civils de Lyon, Santé publique France et l’Institut National du Cancer.

Un cancer « extrêmement rare »

On trouve sur Twitter un nombre conséquent de tweets qui s’appuient sur l’affirmation que le LNH est un cancer rare pour mener leur raisonnement.

Petit florilège :

Quelques tweets qui laissent penser que le lymphome non hodgkinien est rare ou rarissime.

A la décharge de ces twittos, l’idée que le LNH est un cancer rare ou très rare est tellement commune qu’elle touche aussi ceux qui voudraient alerter sur les produits qui la favorisent, réduisant considérablement l’intérêt même de l’alerte.

Ainsi Le Monde affirme qu’il s’agit d’une « forme rare de cancer du sang » dès le premier paragraphe d’un article rendant compte d’une méta-analyse sur l’association glyphosate / LNH :

« C’est le dernier épisode en date du feuilleton scientifique sur le glyphosate. Selon une nouvelle étude publiée la semaine dernière, le risque de développer un lymphome non hodgkinien (LNH), une forme rare de cancer du sang, est accru de 41 % pour les travailleurs les plus exposés. Inventé par Monsanto, l’herbicide vendu sous le nom commercial de Roundup est aujourd’hui le plus utilisé au monde. »

Le Monde : Glyphosate : une étude montre une nette augmentation du risque de lymphome

L’Opinion, dans un article qui assimile les études scientifiques sur les risques du glyphosate à un combat politique ou idéologique et omet de signaler les risques pour la santé des agriculteurs, force le trait et qualifie cette fois le lymphome non hodgkinien de « rarissime » :

Les cohortes d’agriculteurs étudiés par la Mutualité sociale agricole (Agrican sur 180 000 personnes) et AHS (50 000 agriculteurs sur vingt ans, aux Etats-Unis) ne montrent pas de risques accrus de cancers chez ceux qui sont pourtant exposés au glyphosate au premier rang, sauf sur une forme rarissime de lymphome.

L’Opinion : Glyphosate: radiographie d’une intoxication collective

28 000 nouveaux cas en France en 2018

En réalité, le LNH est en France le 4ème cancer par nombre de cas pour les femmes comme pour les hommes1 2. Pour les femmes, seuls les cancers du sein, du côlon et du poumon sont plus fréquents que le LNH. Pour les hommes, seuls les cancers de la prostate, du poumon et du côlon précèdent le LNH.


Nombre de cas de cancers estimés en 2018 à partir des registres du cancer, en France, classé par nombre de cas. Les intervalles de confiance sont disponibles dans la référence 1.
* Les cas de cancer de la prostate sont ceux de 2015.

Le lymphome non hodgkinien se situe donc, malheureusement, dans le quarté de tête des cancers incidents en France dans la population générale. A noter que l’impact du tabac sur le cancer du poumon est tel que pour une population qui n’a jamais fumé3, le LNH devient le cancer n°3.

Loin d’une forme « rare » ou « rarissime » de cancer, le LNH et ses 27 647 cas estimés en France en 2018 fait donc partie des cancers communs, avec une incidence nettement supérieure à celle, par exemple, du mélanome de la peau ou du cancer du col de l’utérus. Pour les femmes notamment son incidence est proche de celle du cancer du poumon, avec respectivement 12 109 et 15 132 cas estimés.

De plus son incidence est en progression. Corrigée du vieillissement de la population, elle connaît en effet une augmentation de 33% entre 1990 et 2018. Certains y verront un espoir : la possibilité de retourner à l’incidence beaucoup plus faible des années pré-1990, sous réserve bien sûr d’identifier les causes de la croissance de ce cancer du sang puis de légiférer en conséquence.

Évolution du TSM (taux d’incidence normalisé monde) du LNH entre 1990 et 2018 (ref. 1, p. 159). Le TSM représente l’incidence qu’aurait la maladie en France si la distribution des âges en France était semblable à la distribution des âges dans le monde.

Sources de confusion

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’existence de l’idée selon laquelle le LNH serait un cancer rare. D’abord l’incidence de cette maladie est rapportée sur internet d’une façon incomplète et inconsistante. Googlez « lymphome non hodgkinien incidence France » et vous trouverez un festival de chiffres, tous différents.

Cancer-environnement.fr rapporte une incidence de 13 pour 100 000 sans préciser sa nature – s’agit-il d’incidence brute ou standardisée ? On apprend aussi plus loin dans ce document que ce résultat date de plus de dix ans (2008), bien dommage pour une maladie en évolution rapide. L’association France Lymphomes Espoir présente les mêmes statistiques de 2008 sur sa page d’accueil, même si d’autres chiffres plus récents apparaissent plus profondément dans l’arborescence de ce site.

Toujours en résultat de cette même requête Google, un document de l’Inserm fait état de 12 000 nouveaux cas par an en 2011 et d’une incidence standardisée mondiale de 12,1. Plus loin, e-cancer.fr cite bien la dernière estimation disponible, celle de 2018, mais le nombre de nouveaux cas cité, « un peu moins de 22 000 », ne correspond pas au rapport détaillé issue du réseau Francim (environ 28 000 cas). Enfin ligue-cancer.net indique des statistiques de 2011 qui distingue myélomes multiples et LNH alors que la synthèse Santé publique France / HCL / INCa / Francim déjà citée les regroupe sous l’étiquette LNH, conformément à la classification utilisée dans les études d’épidémiologie.

Et la liste pourrait continuer. Admettons donc qu’il est difficile de s’y retrouver dans cette abondance de chiffres qui regroupent différentes maladies évaluées pour différentes années.

Un standard qui minore

Taux brut ou taux standardisé ? Taux standardisé Europe ou Monde ? Une autre source de confusion possible est la multiplicité des taux d’incidences. Le plus commun est sans doute le taux standardisé, qui prend en compte la structure en âge de la population à des fins de comparaison dans le temps ou entre populations. Ainsi le taux standardisé Monde (TSM) du LNH représente l’incidence qu’aurait la maladie en France si la distribution des âges en France était semblable à la distribution des âges dans le monde. Très utilisé par les épidémiologistes pour détecter tendances et différences, le TSM, en rabotant le haut de la pyramide des âges française pour s’aligner sur la population mondiale, déprécie considérablement l’importance des maladies qui surviennent aux âges élevés. C’est justement le cas du LNH, dont l’âge médian de survenue est d’environ 65 ans.

De fait, le taux à utiliser pour avoir une idée juste du nombre de personnes malades chaque année en France ou pour estimer le risque pour que nous ou nos parents soient atteints par un LNH n’est pas le taux standardisé mais le taux brut.

Celui-ci est très simple à calculer puisqu’il suffit de rapporter le nombre de cas à la population. Pour le LNH, nombre de cas / population =
27 647 / 66 990 000, soit une incidence brute du LNH d’environ 41 sur 100 000, très supérieure aux TSM mentionnés plus haut (25,5 homme; 16,1 femme).

LNH versus LNH

Enfin, même si tous les LNH ont en commun d’être des cancers du système immunitaire, la catégorie « LNH » utilisée dans les études épidémiologiques regroupe des pathologies qui peuvent être dans d’autres contextes décomptées séparément. Ainsi les myélomes multiples, environ 20% des LNH, sont souvent étudiés indépendamment des lymphomes. Difficile donc de s’y retrouver dans ces différents « LNH » : peut-être que les tweets qui mentionnent des incidences quatre fois trop faibles (10 ou 12 / 100 000 au lieu de 41) s’y sont perdu ?

Peut-être, mais si aucune de ces possibilités de confusion ne s’applique, et puisque ces tweets font référence à une des études sur le lien entre exposition professionnelle au glyphosate et cancers 4 5 6 qui toutes s’appuient sur la définition épidémiologique du LNH7, il faudra chercher ailleurs l’intérêt qu’il peut y avoir à minimiser la cancérogénicité du glyphosate.

Sources

  1. Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018, résultats préliminaires, mars 2019, https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/190588/2335055
  2. Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018, synthèse, juillet 2019, https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/190597/2335082 
  3. La part des cancers du poumon attribuable au tabac est estimé à 80-85 %. https://www.cancer-environnement.fr/267-Tabac.ce.aspx
  4. Andreotti et al. 2018. Glyphosate Use and Cancer Incidence in the Agricultural Health Study. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29136183
  5. Leon et al. 2019. Pesticide use and risk of non-Hodgkin lymphoid malignancies in agricultural cohorts from France, Norway and the USA: a pooled analysis from the AGRICOH consortium.
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30880337
  6. Zhang et al. 2019. Exposure to glyphosate-based herbicides and risk for non-Hodgkin lymphoma: A meta-analysis and supporting evidence.
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31342895
  7. https://seer.cancer.gov/lymphomarecode/lymphoma-orig.html

Auteur/autrice : James

https://twitter.com/ethalises

Laisser un commentaire